Sport à la maison: ambition VS réalité

Autant te le dire tout de suite, les réalisations sont bien en deça des prévisions… Mais je me suis dit que justement cet article serait une bonne occasion d’analyser ces loupés successifs et récurrents #autothérapie

♣ Rappel des épisodes précédents: pourquoi opter pour l’option « sport à la maison »?

Si j’avais fait mes adieux à la salle de sport, c’était avec en ligne de mire une pratique plus régulière du sport à la maison. Sur le papier cela présentait de nombreux avantages par rapport à ma-vie-mon-oeuvre des mois passés et à venir.

Au premier chef, c’était pratique. Pas de créneau horaire, pas de temps de transport, … on optimisait au maximum le temps disponible.

En lien étroit, le deuxième argument, c’était de pouvoir faire du sport pendant que les enfants dorment sans avoir besoin de mode de garde.

En dernier, c’était du temps pour moi SEULE, au calme et en silence (ahahah j’en ris rien qu’à l’écrire!)

♣ Le matos

Alors là, autant dire que je suis AU TOP! Heureusement je ne me suis en général pas ruinée, entre les bonnes trouvailles à petits prix et le matos d’occasion. Mais quand même, il y a pas mal de choses, qui parfois prennent la poussière et dans une grande période désencombrement/allégement, ce n’est pas l’idéal.

Mon indispensable, celui dans lequel j’ai pour une fois mis le prix, c’est mon tapis de yoga Baya. Il est ma-gni-fique, et très confortable, et c’est souvent la perspective de m’y poser quelques temps qui est le petit plus de motivation qui déclenche le passage à l’acte.

Pour le reste c’est léger, des petits haltères, un kettlebell, des élastibands, … Un medecine-ball (merci la prépa accouchement), et une petite galette d’instabilité (parfait pour la proprioception, la rééduc abdos, …) Normalement tout cela ne prend pas beaucoup de place.

A l’inverse j’ai deux collègues plus encombrants (la chance de la campagne et des grandes maisons). Hector Mi Amor, aka mon tapis de course, à qui j’ai promis d’avoir un article rien qu’à lui. Et un très vieux vélo d’appartement que les anciens proprios nous avaient laissé. Encombrant, peu pratique, qui pèse une tonne et défigure mon salon mais que j’utilise quand même de temps en temps.

87996454_132522201479000_7448784218361954304_n

Très récemment j’ai découvert que Décathlon venait de sortir un rameur ultra-compact. Peut être pour ma prochaine liste au père Noël si les retours d’expérience sont satisfaisants.

♣ Le lieu

A l’époque de la rédaction de cet article, j’envisageais d’aménager une pièce dédiée au sous-sol. Avec quand même une petite fenêtre. Et qui permette de capter le wifi et le babyphone.

Mais au final celle-ci est assez encombrée, il y fait froid et je n’avais pas envie d’y aller.

88041851_2762505150537468_1238447802552418304_n

Alors je continue à squatter…Le tapis de course est au garage. Le vieux vélo au salon. La salle de bain quand il fait froid car il y a un petit chauffage d’appoint. Le tapis de jeu de #minimini car il est hyper confort et très grand. Et surtout la terrasse dès que le temps le permet #outdoorgirl. Et tout le petit bazar (ballons, haltères, élastiques, …) est bien caché dans un recoin derrière le canapé.

♣ Le créneau

En théorie, l’idée du sport à la maison c’était de pouvoir le faire le matin de bonne heure + pendant la sieste + le soir quand ils sont couchés. Dans les faits, quand le petit fait la sieste j’ai un milliard d’autres choses à faire (dont finir mon bouquin ou boire un thé …), et le soir quand ils sont couchés je le suis aussi. J’en fais donc surtout le matin, sans grande surprise. Mais le matin au saut du lit je ne me vois pas me lancer dans une séance trop violente genre HIIT ou bodypump!

♣ Et donc?

Comme toujours, le secret tient dans l’autodiscipline. Mais surtout d’aimer ce qu’on fait. On n’est pas là pour s’imposer des choses qui ne nous apportent pas de satisfaction. Si jamais ce n’est pas une activité qui nous enthousiasme,  elle doit contribuer à une autre activité qui elle nous réjouit. En gros, je sais que pour prendre du plaisir en courant, un peu de renfo et un peu (beaucoup) d’assouplissements me feront le plus grand bien.

Le plus important c’est d’être au clair sur sa liste de priorités et être réaliste sur le temps que l’on souhaite consacrer à chacune (et comment tout cela colle dans une journée de 24h that’s the point)

Le cas échéant, mon vrai besoin c’est de travailler le gainage et la souplesse, ce qui se prête plutôt bien à du sport à la maison.

Parton sur un objectif réaliste d’une heure par semaine, et je vous fais avec un petit bilan d’ici 6 semaines (cet article est en brouillon depuis au moins 6 semaines… mais maintenant que c’est publié je vais peut être m’y tenir humhum)

 

Et toi, adepte du sport à la maison? Ou tu restes à convaincre? 

#HomeSweetHome

5 commentaires sur “Sport à la maison: ambition VS réalité

Ajouter un commentaire

  1. Coucou,

    Ici, par manque de temps etc je faisais mon sport à la maison.
    Depuis octobre, j’ai repris une formation avec beaucoup de route alors je n’ai plus le temps et bien ça me manque. Je faisais mes 4 – 5 séances par semaines, j’ai tout ce qu’il faut en plus, je suis bien équipée !
    Là, je vais peut-être reprendre un abonnement dans une salle à côté de chez-moi 🙂

    Belle journée,
    Laura – Bambins, Beauté et Futilité

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :