Les métiers que j’aurais pu faire / J’ai perdu le fil

 

[image de couverture from meltwater.com]

Un article 100% blogo pour aujourd’hui, et même deux contributions en une, avec la super idée de Maman Lempicka  , découverte chez Les petits ruisseaux font les grandes rivières, et le désormais traditionnel #10dumois de EgaliMère.

La page de pub étant terminé, j’attaque!

Alors, ces métiers que j’aurai pu faire…ou plutôt remontons le temps et jetons un oeil à mes (nombreuses) vocations avortées!

1) Fantomette (8-10 ans)

fantomette

A grand coup de lectures sous la couette, je me rêvais Fantomette! C’est très précis comme projet professionnel, pas inspecteur Derrick, ni le Club des 5, c’était Fantomette ou rien. Mener des enquêtes, résoudre des mystères, et tout ça en cachette, ça promettait de l’aventure non?

Mais un jour, je me suis rappelé que j’étais bien trop pipelette pour mener une double vie et rester discrète…

Cela dit c’est pour être pour ça que je sillonne la ville en trotinette et que j’enfile mes leggins de sport comme Fantomette ses collants noirs… (je remarque qu’il me manque le bonnet à pompom, si tu veux contribuer à mes rêves de jeunesse, mon anniversaire est en novembre )

2) Pompier (12 – 14 ans)

A grand coup de reportages du dimanche après-midi sur TF1 (il n’y avait pas encore la profusion des programmes de la TNT), je me voyais déjà passer l’épreuve de la planche, ramper dans la boue à l’entrainement, éteindre des incendies et secourir des petits chats en détresse. Bon, à l’entrée de l’adolescence, je pense que je me voyais aussi bien entourée de collègues forts et musclés en uniforme. Voilà voilà.

sam le pompier

Mais un jour je me suis rendu compte que je faisais une crise d’angoisse dès que j’apercevais une bagarre, que je tournais de l’oeil à la simple évocation d’une luxation, et que j’avais peur des chats…

Cela dit c’est pour être pour ça que je prends un malin plaisir à ramper dans la boue sur les trails ( à quand une Spartan?…ou pas!) et que je regarde toujours ce genre de reportages à mes heures perdues (rassures-toi il y en a peu…des heures perdues!)/

3. Bouchère (20-22 ans)

[pardon les végétariens et les vegans] Pour conjurer le burn-out des études et des prépas, je m’étais fixé un plan B. Si je ratais les concours je me ré-orienterai en boucherie. Rien à voir avec la choucroute (enfin si du coup avec la choucroute un peu, mais avec mon parcours de base pas du tout). Mais j’aimais bien manipuler la viande et les couteaux.

Mais un jour, j’ai finalement réussi les concours que je voulais.

Cela dit c’est pour être pour ça que j’aime les couteaux (?!), le steak tartare, et mon boucher.

4 . Library / Salon de thé sur une côte brumeuse et english-speaking    (25 – … ans)

Là forcément, un grand classique. Un salon de thé « campagne anglaise », avec ses jolies tasses et ses énormes cakes, mais où on pourrait aussi boire du whisky et de la guiness en écrivant ses mémoires. Où les enfants liraient des livres avec des histoires de lapin. Où les théières seraient gardées au chaud par une housse à teapot et les scones servis avec du beurre salé du Kerry. Où il y aurait une jolie plaque « Come in, We are Open » sur une porte d’entrée vitrée, un petit rideau en broderie anglaise et un toit de chaume. Et sur les tables des bougies dans des bouteilles de Bailey’s recouvertent de cire coulée.

teapot cozies
un « teapot cozy » si tu ne connaissais pas

Une sorte de mix entre le début et la fin de « les gens heureux lisent et boivent du café ». Avec des gens heureux mais sans café.

Mais un jour, je me suis dit qu’être cliente de ce genre d’endroit suffisait à mon bonheur. Et qu’à défaut je pouvais reconstituer tout ça à la maison, avec du Barry’s Tea et des scones à la myrtille.

Ceci dit c’est pour être pour ça que je regarde avec un plaisir coupable « Inspecteur Barnaby » (purée que de révélations croustillantes dans cet article) et que j’ai le coeur qui papillonne dès que les matins sont brumeux. Mais aussi que je me ferais forcément une petite retraite solo sur les îles Aran ou autre endroit merveilleux du même genre un de ces jours.

* * *

Des envies assez farfelues et paradoxales, mais finalement je n’ai pas tant perdu le fil que cela 😉

Et toi, le métier de tes rêves ? tes rêves d’adultes ou tes rêves d’enfant ?

N’hésite pas à reprendre ce tag si le coeur t’en dit. J’ai trouvé l’exercice plutôt chouette de se replonger dans tout ça, pour se rendre compte que ce sont plein de petites briques qui ont sû trouver leur place d’une façon ou d’une autre dans les fondations d’aujourd’hui. Finalement pas de frustration à l’horizon!

#HappyStrangeLife

3 commentaires sur “Les métiers que j’aurais pu faire / J’ai perdu le fil

Ajouter un commentaire

  1. Double shot, bravo ! (surtout que j »ai pas encore réussi à répondre au tag de Lempika)
    Jamais pu regarder Barnaby… mais plus je grandis (j’aime pas vieillir), plus je songe sérieusement à une retraite définitive sur une île au milieu de nulle part (où il ne fait pas trop chaud). L’île d’Aran me parait attractive donc 😉

    J'aime

  2. Quand les petites briques s’emboîtent et que tout prend un sens ! C’est ce que j’adorais dans mon métier de consultante en bilan de compétences 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :