Sport et grossesse: mon bilan

Alors que #miniminisupporter approche gentiment des deux mois, il est temps de clore ce joli chapitre des articles en lien avec la grossesse sur le blog. Mais rassures-toi, la série post-partum et reprise a déjà pris le relais!

Evidemment, je n’échappe pas aux comparaisons avec « la première fois ». Et pourtant le contexte n’était pas le même. Avant ma première grossesse, je courrais maxi une fois par semaine, je ne prenais pas de dossard, je montais sur un vélo uniquement pour me déplacer en ville, et le « renforcement musculaire » se résumais à une vidéo de gymdirect  un dimanche de pluie de temps en temps. A l’inverse, n’ayant pas d’enfant, mes journées étaient plus élastiques (j’avais quand même un travail, une maisons, des amis, … )et la logistique grandement facilitée. Si toi aussi tu te reconnais dans l’adage « plus t’as de temps moins t’en fait », lève la main!

Malgré ce contexte ultra différent, et le fait que bien évidemment aucune grossesse ne se ressemble, je crois avec le recul (de 4,5 ans pour l’une et de 2 mois pour l’autre) que les bilans « sport et grossesse » sont assez similaires.

Ce qui était prévu:

« Allez, cette fois tu as l’habitude de faire 6h-8h d’exercice par semaine, tu vas ralentir mais continuer à te bouger! » L’objectif était double : garder la forme et garder le moral. Préparer le corps à la grossesse, la naissance, les premiers mois. En gros conserver un dos musclé parce qu’il allait morfler, et des bras en béton en souvenir de mes tendinites de primi. Et conserver des moments rien que moi, au calme et au grand air.

Concrètement, j’avais prévu de pratiquer assiduement le yoga, de marcher beaucoup, et même un peu de piscine (mais là sans grande illusion).

La prise de poids ne m’affolait pas, petit excès de confiance par rapport à la première fois peut être,  mais je me suis rendue compte que c’était un sujet public…comme le reste de ton corps quand tu passes dans la catégorie « officiellement enceinte » d’ailleurs.

J’avais dès le départ décidé que je ne courrais pas. Je ne le sentais pas, et n’en avait pas l’envie. Et l’envie c’est mon mot totem de 2019 je te rappelle, alors je comptais bien m’y tenir.

Ce qui s’est passé:

Dans les faits…rien à voir avec ce qui était prévu (non, sans blague!)

– Quelques séances du guide Active Mama (qui est top ceci dit). 3 ou 4 tout au plus

– de la marche quand même, mais beaucoup moins que prévu. Je n’ai dû y aller qu’une fois le midi en remplacement du #lunchrun. Un peu plus sur la fin, avec le début du congé mat et l’acquisition des bâtons. Une randonnée de Noël en famille, des sorties en mode #runecoteam avec #minisupporter qui me lièvrait en draisienne

runeecoteam

– peu voire pas de vélo d’appartement. Pas d’envie et c’est moins risqué de s’endormir devant la télé quand on est posé sur son canapé.

– finalement peu de yoga à la maison, mais une reprise plus assidue avec du vrai yoga prénatal en prépa accouchement.

Du côté des assiettes ça a été un peu le Bronx…habituée à manger aux sensations, tant pour les quantités que sur le contenu, là j’étais complètement perdue. Des nausées, puis le retour des plaisirs oubliés, la perte de faim et de satieté,  la fatigue de la fin de grossesse au boulot que l’on compense en grignotant tout, n’importe quoi et n’importe quand, …finalement je n’ai véritablement reconnecté avec mon estomac qu’une fois en congé maternité! et comme il n’a durée qu’un mois, autant te dire que s’il faut faire le bilan global c’est: « n’importe quoi! »

Le bilan:

On est donc bien loin de ce qui était prévu et de ce que j’avais imaginé. Et pourtant je n’ai aucun regret. J’ai été véritablement épuisée tout au long de cette grossesse, et même si mes 20 minutes de marche du matin me redonnaient de l’énergie, les nombreuses siestes de la journée étaient tout autant vitales. Bien entendu, c’était plus facile de caser cette petite sortie une fois en congé mat’, mais ça a aussi signifié le début des contractions quotidiennes et l’inquiétude qui va avec.

batons

Malgré cette pratique légère, je peux quand même dire que le sport m’a accompagné tout au long de ma grossesse. Je n’ai pas cessé d’y penser! Sans regret ni frustration, mais juste parce qu’il fait partie de mon quotidien, quelle quoi la forme qu’il prend. J’ai donc continuer à trainer sur les réseaux dédiés, regarder des vidéos, découvert des podcasts, bouquiner en lien, …  (mais aussi acheté les plus belles baskets du monde…oups!). J’ai continué à y trouver l’émotion que j’aime tant, même si c’était par procuration. L’occasion de confirmer s’il en était besoin que c’est une véritable passion et pas une passade. Pour l’anecdote, mes nausées du premier trimestre se sont littérallement évaporées pendant près de 20h à la fin août…au moment même où j’étais scotchée au live de l’UTMB…coïncidence, je ne crois pas 😉

Et surtout, surtout, surtout, j’ai réalisé l’apport fondamental de ma pratique sportive sur le mental. Oui parce qu’il en faut du mental quand tu es accroupie au pied de ta voiture à vomir tes tripes, quand tu enchaines ta troisième nuit d’insomnie de la semaine, quand ton dos n’est qu’un vaste champ de bataille, quand il te faudra accompagner la venu des tant attendues et tant redoutées contractions du jour J, quand il te faudra « poussez madame, poussez », quand la nouvelle merveille du monde franchira la ligne d’arrivée, quand tu découvriras des douleurs inconnues dans ton corps, quand tu seras perdue entre tous les conseils contradictoires des professionnels de santé, quand tu ne sauras plus quel jour on est ni quelle heure les premières semaines de vie, …

Le CR de la course est par ici

 

Alors oui, quand il fallait « pousser » une dernière fois alors que t’es déjà au bout du roul’, je me suis revue au 20ème km du SparnaTrail sous la grêle…ou au 29ème du Marathon de Paris. C’est dans ces moments clés qu’on découvre quelles sont nos ressources et qu’on prends conscience de sa force, de ses capacités et du mental de foliiiiie! BAM!

Si c’était à refaire:

Tout pareil! Au final on peut prévoir ce que l’on veut, c’est le corps qui dicte sa loi, et on aurait tort de ne pas l’écouter 😉

 

#KeepCalmAndGiveBirth ♥

2 commentaires sur “Sport et grossesse: mon bilan

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :