Cette année j’ai mis les baskets dans ma valise!

2020 n’est décidément pas une année comme les autres… De là à dire « tout fout l’camp ma bonne dame! » il n’y a qu’un pas.

Depuis 4-5 ans que je cours assidûment (ou presque), la semaine de vacances en août était l’occasion d’une petite pause. Mais cette année, j’ai fait une entorse à la règle.

D’habitude je ne cours pas cette semaine là parce-que les journées complètes à 3 puis à 4 sont une denrée excessivement rare. On n’a jamais dépassé les doigts de la main sur une année…rapide calcul 10 jours sur 365, 2,7% de l’année gloups! Autant te dire que chaque heure est à savourer avec délectation.

C’est aussi parce qu’une coupure de l’entrainement, ça fait du bien au corps et à la tête.

Parce que les valises sont toujours réglées au plus juste en traquant le moindre détail « superflu ».

Et aussi parce que cette semaine c’est aussi celle de la coupure des réseaux sociaux (ah bon, on peut courir sans le partager sur les RS? ah ben première nouvelle, on ne me dit jamais rien à moi!)

Oui mais voilà, cette année n’est décidément pas comme les autres.

Non, nous n’avons pas eu plus de temps à 4 avec ce confinement. Clairement pas, puisque chaque retour à la maison d’ #agridaddy se traduisait par une fuite sur l’ordi en mode #télétravail pour ma pomme. A tel point que j’ai désormais un mal de chien à me remettre à l’ordi le soir, limite trauma, mais bon c’est un autre sujet. Autant dire qu’on s’est encore plus croisé que d’habitude. En revanche, j’ai eu beaucoup beaucoup beaucoup moins de temps solo. J’en ai donc eu encore plus envie et besoin, y compris pendant cette semaine préservée.

Pas totalement lié au confi’, mais j’y ai été plutôt mollo sur l’entrainement ces derniers mois. La reprise a été coolos, avec même un petit bobo en fin d’année dernière. Les dossards ne se sont pas accumulés. Les dénivelés encore moins. Grâce aux miracle-mornings de l’été, j’avais retrouvé mon rythme de 3 (petites) sorties par semaine, et je ne voulais pas casser cette bonne dynamique.

Il faut dire aussi qu’on allait traîner dans de jolis coins qui donnent envie d’être découverts baskets aux pieds. Le beaujolais c’est tout ce que j’aime, des petites collines, des chemins de champs balisés au milieu des vignes sans forêt à traverser, des villages en belles pierres, … Et puis la Provence, est-il besoin d’en dire plus 🙂

Dans la valise la négo avec moi-même était claire, une seule paire. Deux sorties, une par lieu de vacances, mais une seule paire. Qui devait aussi être portée en journée, quand on marcherait un peu, plutôt présentables pour traîner aussi en ville. Et aux pieds dans les grands trajets (c’est toujours ça de moins dans le coffre #tetris). Les grandes gagnantes ont été mes petites Brooks PureFlow, qui sont juste canonissimes et plutôt fines. Et qui font très bien le job sur de petites sorties, même si elles n’aiment pas les petits cailloux.

J’ai testé deux options plutôt pratiques et agréables pour caler ce run sans avoir l’impression « d’abandonner » tout le monde ou de rater un moment sympa.

La première, on est allé visiter un village pas très loin de notre location. Tout le monde est remontée dans la voiture en fin d’après-midi et moi je suis rentrée en courant à travers vignes. Il y avait plein de sentiers de randonnée balisés aux alentours, j’en ai empruntés quelques uns, et j’avais bien en visu mon point d’arrivée avec au pire la possibilité de suivre la route pour rentrer. Au final, 35 min à en prendre plein les yeux, avec de jolies grimpettes et points de vue au programme. De retour pile pour l’apéro!

L’option deux, le grand classique du #morningrun! Plutôt en fin de semaine, quand les enfants ont commencés à se décaler un peu (aka à se lever plus tard que 6h45…). Mais sans la pression de la maison où je dois être rentrée avant 7h pour qu’#agridaddy parte au travail. Là je suis partie à 6h50, à la fraiche. Pas de parcours foufou, on avait fait une ballade le soir autour de la maison qui m’avait permis de repérer deux trois petites routes autour du village. J’avais vérifié sur googlemaps que je pouvais faire une boucle et que les chemins se rejoignaient bien, et hop, en avant les baskets! A la fraiche, avec un petit vent, la Durance d’un côté, le soleil rose sur les montagnes de l’autre, on était bien. Inutile de préciser qu’à mon retour, toute la maisonnée ronflait encore 🙂

Et puis foutue pour foutue dans mes traditions, j’ai même partagé mes runs sur instagram. L’occasion de rafler de nouveaux départements dans le challenge du #tourdesfiers. Et puis les paysages étaient quand même plutôt jolis.

Au final, aucun regret de m’être offert ces deux petites « bulles de run » pendant les vacances.

Et toi, vacances sportives ou farniente? Sport solo ou moments partagés?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :