S’entrainer quand on n’a pas le temps?

Il est pas mal cet article pour une rentrée non? Que celui/celle qui n’est pas passé dans la machine à laver de début septembre lève la main! Pour tou.te.s les autres, cet article est fait pour vous, avec quelques petits tips pour ne pas se sentir frustré, prendre du plaisir et garder la forme.

  • Etre réaliste

Le meilleur moyen pour éviter la frustration c’est d’être réaliste.

Réaliste sur son temps effectivement disponible (inutile de se dire « je veux faire 4 séances par semaine si ça ne passe déjà pas sur le papier ») ; réaliste sur sa motivation et ses envies (est-ce-que j’ai envie que tout le temps potentiellement disponible soit dédié à l’entrainement ou à l’inverse est-ce-que j’ai d’autres projets en parallèle ou d’autres loisirs que je veux conserver); réaliste sur ses objectifs (préparer un marathon si tu n’as qu’une heure pour t’entrainer par semaine n’est définitivement pas une bonne idée).

  • Y aller quand même

J’ai eu une période où j’étais plutôt flex et où je pouvais facilement poser une ou plusieurs séances de deux heures. Et puis mon temps est devenu plus contraint…et je me suis vu ne pas mettre mes baskets parce que je n’avais qu’une trentaine de minutes de dispo et pas deux heures. Alors autant pour sortir le vélo j’ai quand même une durée minimum de « rentabilité » (sic), pour aller faire un run ou pour marcher, dès que j’ai quelques minutes devant moi j’y fonce!

  • Rester régulier

C’est un peu le corollaire du « tout est bon à prendre » ci-dessus, dans la lignée du bien connu « la régularité plutôt que la quantité ». Comme on dit chez moi « t’as meilleur temps » de faire trois sorties de 30 minutes dans la semaine qu’une grosse d’1h30 une fois tous les 10 jours. Meilleur bénéfice pour le corps, meilleur bénéfice pour l’esprit.

  • Varier les plaisirs et ne pas négliger la qualité

Ici encore, ce n’est parce que ton temps est compté que tu ne dois faire qu’un tour du pâté de maison tout simple. Evidemment pour les sorties longues, pas de secret il faut du temps. A l’inverse, un fractionné ça se glisse bien entre midi-deux, un peu plus difficilement sur la séance à jeûn du matin. Tu comprends l’idée, à chaque temps dispo tu peux avoir un panel de séance adaptée, à tes envies, tes capacités et tes besoins du moment. Casser la routine ça aide à rester motiver. Pendant la période du « 1 heure 1 km » je m’étais amusé à avoir des « mini-défis » par sortie, un genre de fartleck entre poteaux électriques, une sortie en essayant de ne pas repasser deux fois au même endroit, une autre en faisant le moins de bitume possible, une petite avec le plus de grimpette possible, …

  • Varier les plaisirs (bis)

Ya pas que le running dans la vie 🙂 souvent quand je trouve que ça fait juste pour un run, je vais simplement marcher. Ou certains matins je préfère une bonne séance de yoga et/ou renfo plutôt que d’aller cavaler. Sans parler des sorties longues qui se transforment de plus en plus en virée vélo les jours de grand soleil.

  • Soigner les « à-côtés »

Souvent quand le temps nous manque, on va rogner sur le sommeil, sur l’alimentation…alors que ce sont des essentiels et ce quelque soit ton objectif (forme ou performance). Si tu te lèves à l’aube pour aller courir (bienvenue dans ma team), se coucher tôt est une bonne idée. Si tu cavales entre midi-deux, n’oublie pas de soigner ton petit-dej’ et de ne pas finir avec un vieux ‘dwich industriel qui laisse des traces de mayonnaise sur le clavier, …

  • Surtout, surtout, surtout: fais-toi plaisir!!

L’injonction pourrie qui juxtapose de l’impératif et le terme « plaisir », et pourtant pas inutile à rappeler. On croule sous les injonctions, les contraintes réelles et celles qu’on s’ajoute tout seul, … Alors bon, loin de moi l’idée d’en rajouter une couche. J’ai en horreur le « quand on veut on peut » mais ça mériterait un article en soit pour l’expliquer 🙂 Et puis ça reboucle avec le premier point: on évite la frustration! Si ce soir tu préfères aller en terrasse que te farcir une séance d’escaliers, let’s go. Il suffit d’être bien en accord et de ne pas passer la soirée à regretter, sinon mieux vaut assumer, refuser l’apéro et aller faire sa séance (si si ça arrive même à des gens bien #runaddict).

***

J’espère que cette petite lecture t’as plu, que tu n’as pas eu l’impression d’y perdre un temps précieux que tu aurais préférer passer baskets aux pieds, et n’hésite pas à en discuter en commentaires.

WhenICanIfIWant — QuandjePeuxSijeVeux

Photo by Estée Janssens on Unsplash

Un commentaire sur “S’entrainer quand on n’a pas le temps?

Ajouter un commentaire

  1. J’ai bien aimé cet article déculpabilisant :).

    Je pense aussi qu’un des éléments clés pour se tenir au sport, c’est la régularité. Parfois, l’envie n’est pas là mais en se forcant un peu, on ressort toujours content d’une bonne séance de sport. Bien sûr, il ne faut pas tomber dans l’extrême.

    Enfin bref, merci pour cette lecture du matin!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :