Mes astuces de running mum

S’il y a bien un point sur lequel nous sommes tous égaux, c’est que les journées durent 24h. Ni plus ni moins.

Si on a toujours voulu avoir des heures en rab, je crois que c’est encore plus vrai quand on bascule du côté des parents. Et en même temps c’est à ce moment-là que l’on trouve des ressources insoupçonnées, qui nous font dire « mais à quoi j’occupais mes journées AVANT?! »

Clairement, je me suis jamais entraînée aussi assidûment que depuis que #minisupporter est là! (bon except les années lycées, mais celles-ci étaient particulières ❤ )

Avant de partager quelques trucs et astuces, un préambule s’impose:

LE PLUS IMPORTANT c’est de faire ce qui te plait, ce dont tu as envie à ce moment là. Si un jour tu préfères câliner que galoper, FAIS LE. Et si le lendemain c’est l’inverse, FAIS LE aussi. Sinon c’est frustration et/ou sentiment de culpabilité assurée. Alors que si tu es en accord avec toi même, tu vas KIFFER!

stade

♣ Voler du temps libre

Tôt le matin, tard le soir, entre midi-deux, selon ton rythme et tes envies, mais clairement tu as toujours moyen de « voler » une heure ou deux pour toi dans la semaine.

Mon créneau préféré, c’est le dimanche matin à 6h…mais chacun son biorythme, je ne juge pas ceux qui préfèrent les grasse mat’ plutôt que de se coucher avec les poules.

Ça passe aussi par optimiser les heures de garde ou d’école. Je n’hésite à caser une heure d’entrainement en fin de journée pendant que le mini est chez la nounou (ça suppose d’avoir une nounou au top qui fait que tu sais qu’il y est bien) qui à finir mon boulot tôt le matin ou tard le soir. Et même parfois par poser des 1/2 journées, quand il faut caser des sorties plus longues sur des terrains spécifiques.

Le tout c’est de trouver le meilleur moment pour chaque chose, en fonction des différents paramètres.

♣ Être réaliste et se connaitre

Inutile de prévoir de s’entrainer à 6h du matin si pour toi un réveil à 9h n’est pas une grasse mat’. Idem caler un entrainement entre midi-deux si tu n’as qu’une heure de pause et pas de douche à disposition.

Ou viser un marathon à une période où tu n’as pas de créneau pour faire des sorties longues.

♣ Découvrir d’autres entraînements

J’avais déjà expérimenté le body combat dans ma chambre CROUS de 9m² avec des vidéos youtube, ou quelques défis gainage dans mon salon…

Mais avec l’arrivée de #minisupporter je me suis vraiment tenue à faire du renfo dans mon salon, ou dans mon jardin…. et même du vélo d’appartement devant ma télé…

Le tout à portée d’oreille ou de babyphone, et hop ce sont les heures de sieste ou les grasses mat’ de bébé (on a le droit de rêver?!) qui deviennent des créneaux privilégiés.

♣ Faire du sport AVEC

Le run poussette c’est vraiment le top!

poussette

J’avais commencé en juin, le temps est idéal et #minisupporter avait presque 6 mois. Les premières sorties il dormait assez rapidement, puis il a commencé à encourager « cou’ maman allez cou’ « , puis on s’est tourné face à la route et là il s’éclatait grave.

C’est important d’avoir bon équipement (Jané Trider ici, trois roues bien costauds et de bons amortisseurs) et de bien s’adapter aux conditions météo. Je ne l’ai jamais fait par mauvais temps, et je veillais à bien protéger du soleil. Il faut savoir que ça ne dure pas éternellement. Dès que #minisupporter a sû marcher il était quasi impossible de partir en poussette pour de longues périodes. Je rusais un peu, on faisait 2 km pour aller à un terrain, il pouvait y courir et jouer pendant que je faisais des exercices, et hop on repartait en run poussette pour le chemin du retour.

♣ Trouver des endroits adaptés

Le stade, c’est le top dès qu’ils sont un peu plus grands. A partir de 2 ans et demi on a commencé à aller s’y amuser ensemble : le lièvre en draisienne, la course où on part chacun dans un sens pour se rattraper, les diagonales sur le terrain de foot, … les sauts de grenouille dans les gradins…

Ils peuvent même jouer dans le bac à sable du saut en longueur et ou se prendre pour Griezman en shootant dans de vrais cages de foot « de grand » !

♣ Profiter (dans les sens du terme!) des moments en famille

Passer un après-midi en famille et s’éclipser pour un run (avant le goûter plutôt qu’après, histoire de bien se régaler)

Ou rentrer en courant d’un aprèm en famille (ça ne marche pas si vous habitez à 100km ou s’il faut prendre l’autoroute, j’en conviens)

Chez nous ça passe aussi par « aller faire 1h de tracteur avec #agridaddy  pendant que maman fait sa séance.

♣ Choisir des courses avec garderie

De plus en plus de courses proposent cette option. Ce ne sont pas forcément des « grosses courses », mais plutôt celles où le tissu associatif local est très actif. Cela s’adresse plus aux petits loulous (à partir de 3 ans) qu’aux bébés évidemment. Tu peux aussi t’organiser avec des ami.e.s, ou via des groupes/forums en qui tu as confiance (par exemple la page facebook Trail entre Elles a une page annexe dédiée TEE Garderie)

Sinon tu as l’option combinée avec le point précédent choisir tes courses à des endroits où tu auras des babysitter… Ça rejoint le point précédent sur la famille, mais c’est comme ça que j’ai choisi au moins 4 dossards l’an passé!

dossard tinou

 ♣ Etre souple

C’est assez paradoxal, et je pense que si j’avais écrit cet article j’aurai plutôt dit « être organisée » ou « anticiper ».

Mais à l’usage je me rends compte que cette vie d’ #happybusyworkingrunningmum à 100 à l’heure a comme principale caractéristique que rien ne s’y passe jamais comme prévu ! Du coup, avec mes programmes quasi-militaires où tout était calé à la minute, je me retrouvais hyper frustrée au moindre imprévu.

C’est comme les maisons anti-sismiques…pour qu’elles tiennent le coup, on ne bétonne pas plus fort, mais au contraire on intègre des mécanismes souples à la base.

Du coup je garde mes grands objectifs, mais je change de maille temporelle. Je calibre par exemples mes entrainements à l’échelle de la semaine (cette semaine j’ai 3 séances à caser), avec un plan A, et plein de possibilités de plan B à inventer. Mes repas sont programmés à l’échelle de 3 jours.

Et entre-nous, depuis que je raisonne comme cela, je m’entraine autant sinon plus, et je suis surtout beaucoup moins stressée/reloue/hystérique (aucune mention à rayer). Comme on le dit souvent sur la nutrition, là où il y a contrôle il y a risque de perte de contrôle.

Et toi, running mum ou running dad, tu nous partages tes bons tuyaux d’organisation ? 🙂

#RunBabyRun

Un commentaire sur “Mes astuces de running mum

Ajouter un commentaire

  1. Merci Aline pour tous ses conseils… Bon les miens sont plus grands mais j’aurais bien aimé avoir ce blog il y’a une dizaine d’années 😉!
    Il est vrai que s’organiser pour être sportive avec des enfants et le boulot, ça demande une irgàisation militaire et des astuces…
    Moi, je dis merci à Olivier pour sa compréhension et aussi à ma maman pour ses nombreuses gardes.
    Il me semble que le meilleur truc : c’est De donner goût aux enfants et ensuite emmener tout son petit monde sur les courses avec un dossard pour chacun!
    Merci encore pour ce blog qui fait du bien! À bientôt sur la prochaine course!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :